Rôle des parents

En général, les parents souhaitent le meilleur pour leurs enfants. La peur de l’avenir, surtout pour l’avenir professionnel de leurs enfants, pousse de plus en plus de parents à utiliser le temps libre de leurs enfants pour les préparer au mieux aux exigences de la société de la performance. Pour les enfants, cela engendre du stress et surtout le sentiment de ne pas pouvoir disposer eux-mêmes de leur temps et de ne pas avoir de temps pour les choses qu’ils aiment faire.

Pour se développer sainement, un enfant a besoin:

  1. Des soins et d’une protection
  2. D’un environnement stimulant avec des possibilités d’apprentissage diverses
  3. De faire l’expérience de l’autonomie et de l’efficacité personnelle

Mais le sentiment d’autonomie et d’autodétermination fait défaut à beaucoup d’enfants, tout particulièrement en ce qui concerne la gestion du temps. 60 % des enfants stressés se plaignent de ce que les parents ne leur demandent jamais ou rarement leur avis dans l’organisation du temps libre. Et presque tous les enfants souffrant d’un niveau de stress élevé se plaignent de ne pas faire assez de choses qui leur font plaisir.

Utiliser efficacement et utilement le temps libre

Pour leurs parents, il est au contraire important que les enfants fassent pendant leur temps libre quelque chose qui puisse «leur servir plus tard». Il est actuellement très difficile de prédire les qualifications qui seront requises sur le marché du travail dans les prochaines décennies. Aussi beaucoup de parents réagissent-ils en s’efforçant de garder toutes les portes ouvertes à leurs enfants: beaucoup de cours et un bon diplôme, ainsi qu’une large palette de compétences et de centres d’intérêt. Résultat: de plus en plus d’enfants ont un emploi du temps orchestré dans les moindres détails. Il ne leur reste en moyenne qu’une demi-heure par jour pour jouer dehors à leur guise.

Les enfants sont démotivés par ces emplois du temps pleins à craquer, mais surtout par l’absence de temps véritablement libre. Les enfants naissent toutefois avec le désir d’apprendre. Si l’on dit à l’enfant ce qu’il doit faire, il essaie de se conformer aux attentes et perd ainsi sa propre motivation.

Les études montrent que les enfants qui suivent des programmes éducatifs et apprennent à écrire, à lire et à compter plus tôt que la moyenne obtiennent certes de meilleurs résultats à court terme par rapport aux enfants qui jouent plus, mais deviennent plus mauvais élèves à long terme et redoublent en moyenne cinq fois plus.

Fonction de modèle des parents

Consciemment ou non, les parents incarnent pour leurs enfants l’idée que la réussite entraîne la plupart du temps un équilibre fragile entre travail et vie privée. Les enfants sont fréquemment exposés à des messages contradictoires. Des affirmations telles que: «L’important, c’est que tu sois heureux» ou «Les notes à l’école ne font pas tout» viennent souvent de parents qui mènent eux-mêmes un rythme de vie effréné et souffrent du manque de temps, qui vérifient leurs e-mails le soir et le week-end et qui ont toujours quelque chose à terminer pour le travail. Mais les enfants ont une conscience aiguë des valeurs vécues.

C’est ainsi que les valeurs de la société de la performance se sont transmises aux enfants et aux jeunes. Les jeunes ont mis en place d’incroyables mécanismes d’autodiscipline. Sans que personne ne le leur demande, les enfants d’aujourd’hui veulent être parfaits, constatent les pédopsychiatres. 80 % des jeunes stressés déclarent se mettre surtout eux-mêmes la pression.