Rôle de la société

Nous vivons dans une époque de formidables opportunités. Mais c’est aussi une époque qui voit s’accroître l’injonction à saisir ces opportunités et à «réussir sa vie». Conséquence: nous utilisons de plus en plus notre propre temps libre mais aussi celui de nos enfants pour nous préparer à tous les défis que nous réserve la société de la performance. Le jeu libre, si central pour le développement des enfants, est de plus en plus délaissé.

De nos jours, le manque de temps et l’aspiration à la perfection nous donnent souvent l’impression d’être un hamster dans une roue. C’est le cas non seulement des adultes, mais aussi de façon croissante des enfants et des jeunes de notre pays. L’une des causes en est l’angoisse très répandue vis-à-vis de son avenir professionnel.

Le système éducatif est aujourd’hui devenu perméable et offre de nombreuses opportunités aux jeunes. Mais l’injonction à saisir ces opportunités augmente proportionnellement. Se contenter de moins que le maximum n’est souvent plus perçu comme acceptable. Comme nul ne peut prédire l’avenir ni ne sait précisément quelle est la bonne voie, de plus en plus de gens sont angoissés à l’idée de faire les mauvais choix.

Afin de répondre à toutes les injonctions et de ne renoncer à aucune option, beaucoup de parents planifient ainsi l’emploi du temps de leurs enfants dans les moindres détails. Pour eux, la stimulation consiste à préparer les enfants le plus tôt et le plus efficacement possible aux exigences de notre société de la performance. Au contraire, le jeu libre est de plus en plus assimilé à de l’oisiveté ou à une perte de temps.

L’importance du jeu libre

Ces 15 dernières années, le temps consacré au jeu libre a diminué d’env. 30 %.

La recherche prouve pourtant que le jeu est le meilleur moyen de favoriser le développement global de l’enfant. Les enfants qui disposent à la maison de possibilités de jeu variées ont par la suite de meilleures aptitudes langagières, plus de compétences sociales, et sont plus empathiques et créatifs. De plus, ces enfants sont moins agressifs, savent mieux se contrôler et disposent d’un niveau intellectuel plus élevé. Ces possibilités de jeu incluent le jeu en plein air et plus généralement la diversité et la difficulté des jeux à disposition.

On observe surtout deux types de familles où le temps manque cruellement pour le jeu libre: d’un côté, les enfants qui restent souvent seuls à la maison et passent l’essentiel de leurs journées à consommer des médias; et de l’autre, les enfants surprotégés, qui participent intensément à des activités de développement et font l’objet d’un contrôle démesuré.

Faute à la planification croissante de l’emploi du temps, les enfants ne savent plus s’occuper seuls et ont le sentiment de ne pas pouvoir disposer de leur temps. Il leur manque des pauses dans l’apprentissage, la possibilité de prendre son temps et de se perdre dans une activité du fait de son propre intérêt.