Jouer avec des pièces détachées: du temps sans stress pour les parents et de l’inspiration pour les enfants

Quel environnement de jeu est propice au développement de la créativité de l’enfant et lui permet de jouer en toute autonomie? Des matériaux en vrac comme les branches, les pelles et les seaux complètent le terrain de jeux et le rendent malléable et modifiable.

La pluie a enfin cessé. En route pour l’aire de jeux la plus proche! Le toboggan est mouillé, les cabanes dégagent une odeur de moisi et le tour de canard à ressort va vite devenir ennuyeux. Les possibilités de jeu semblent s’être soudainement épuisées. Du moins celles proposées par les équipements de jeux. Mon fils reste un moment sans savoir quoi faire. Sur cette aire de jeux ruisselante, je n’ai pas envie d’entrer dans la cabane pour animer le jeu. Mais c’est à ce moment-là que l’aire de jeux retrouve sa fonction: mon fils de quatre ans découvre une branche au sol et prépare une soupe à base de gadoue et de fleurs. Il trouve d’autres ingrédients pour la soupe, puis une planche avec laquelle il transforme la soupe en lac. La planche devient alors un pont. Nous avons passé trois heures à la place de jeux et mon fils n’a joué que dix minutes avec les équipements de jeux.

Les pièces détachées favorisent le développement de la créativité

Pour le jeu, ce sont les pièces détachées et les matériaux malléables qui inspirent les enfants. Ils peuvent se créer un environnement de jeu avec des lattes en bois, des blocs, des cailloux, des morceaux de corde, des chambres à air de vélo, des caisses, des pots ou encore des tubes. Les pièces détachées invitent à l’interaction et encouragent la créativité. Les équipements de jeux fixes comme les toboggans et les balançoires, qui représentent jusqu’à présent l’archétype de l’aire de jeux, permettent certes des mouvements spécifiques et amusants mais le jeu créatif n’est favorisé que partiellement.

Plus les pièces hétéroclites sont nombreuses, plus le jeu est intéressant

«Loose Parts» (pièces détachées) est un terme introduit par l’architecte britannique Simon Nicholson dans les années 70. Par ce terme, il désignait les matériaux et les pièces qui peuvent être déplacés, combinés, désassemblés et réassemblés. Selon Simon Nicholson, un environnement est plus ou moins inspirant en fonction du nombre de possibilités de conception qu’il offre avec des matériaux en vrac.[1] Plus les pièces hétéroclites sont nombreuses, plus les possibilités de combinaisons pour les enfants sont grandes et plus le jeu est intéressant. Assembler, démolir, arranger et déplacer les différents objets, c’est amusant et cela favorise la capacité à penser par soi-même et à créer. Au cours des dernières décennies, le concept de «Loose Parts» a été abordé par de nombreux enseignants et personnes chargées d’encadrer des enfants et intégré dans le travail et dans le jeu avec les enfants.

Les espaces naturels offrent souvent tout ce dont les enfants ont besoin pour jouer

Ce dont les aires de jeux ont donc besoin, c’est de plus de matériaux en vrac. Des choses qui traînent et qui ont peut-être l’air un peu désordonnées. Existe-t-il de telles aires de jeux? Oui! Des espaces naturels comme par exemple la forêt, le lit d’un ruisseau, une prairie, une carrière ou une gravière constituent des espaces intéressants remplis de pièces naturelles à modifier et façonner. Les aires de jeux Robinson et terrains d’aventure suivent cette voie dans un contexte urbain. Du point de vue des enfants, les matériaux qui jonchent le sol sont une invitation au jeu! Et pour les adultes, ceci signifie que l’on peut tranquillement lâcher prise…

[1] Simon Nicholson écrit: «In any environment, both the degree of inventiveness and creativity, and the possibility of discovery, are directly proportional to the number and kind of variables in it.»
«Dans n’importe quel environnement, le degré d’inventivité et de créativité aussi bien que la possibilité de découverte sont directement proportionnels au nombre et à la sorte de variables qui s’y trouvent.» Source: http://ojs.lboro.ac.uk/ojs/index.php/SDEC/article/view/1204/1171

Petra Stocker

Petra Stocker

Petra Stocker coordonne les projets Espace de liberté et culture ludique à la Fondation Pro Juventute pour renforcer le droit de l’enfant au jeu.

Elle souhaite ardemment des espaces de jeux stimulants, qui donnent aux enfants et aux jeunes des possibilités de jeux variées, car ceci représente un facteur essentiel pour un bon développement.

Elle est la mère d’un enfant de quatre ans, travaille depuis dix ans en milieu ouvert avec les enfants et est animatrice socioculturelle.


Hat Ihnen der Artikel weitergeholfen?

0
0