Entrée dans le monde du travail: Comment les parents peuvent aider les jeunes et à quoi ils doivent faire attention

Trouver une place d’apprentissage ne constitue que la première étape de l’entrée dans le monde du travail. Terminer sa formation et trouver ensuite du travail est tout aussi important. Sans oublier qu’il faut réussir la période d’essai. C’est le moment de faire des choix importants pour l’avenir, et si l’entrée dans la vie active ne fonctionne pas comme prévu, cela peut entraîner stress et frustration. En tant qu’interlocuteurs familiers, les parents jouent un rôle décisif en stimulant, informant, encourageant et soutenant leur enfant.

Souvent, dans la pratique, la situation est bien différente. De nombreux parents dirigent les jeunes, leur donnent des ordres et leur demandent tellement que ces derniers finissent par faire la sourde oreille. Au final, les parents, qui voulaient aider leurs enfants, se sentent impuissants et tout le monde est frustré. D’un autre côté, une éducation ne posant aucune exigence et ne fournissant aucun soutien émotionnel aux enfants est source de conflits familiaux encore plus nombreux. Tout est donc question de relation entre l’enfant et ses parents. L’entrée dans la vie professionnelle est une transition qui demande des efforts d’adaptation à tous les membres de la famille. Il n’est pas rare que les parents ne parviennent pas à modifier leur éducation pour permettre aux jeunes d’acquérir plus d’autonomie malgré leur dépendance.

Le choix professionnel, un thème familial

Le choix d’un métier ou d’une formation est une question essentielle pour les jeunes du degré supérieur. Le choix d’une formation post-obligatoire jouant un rôle important dans leur recherche d’identité, ils doivent pouvoir faire ce choix de manière autonome. Malgré les nombreuses offres professionnelles de soutien, beaucoup de jeunes ne savent pourtant pas ce qu’ils veulent devenir. À cet âge, la plupart d’entre eux n’ont pas encore réalisé à quel point le choix professionnel est important. L’expérience montre que les conseils et le soutien des parents sont nécessaires, même s’ils n’ont depuis longtemps plus leur mot à dire dans d’autres domaines de la vie de leur enfant. C’est pourquoi une bonne partie du choix professionnel commence au sein de la famille. L’expérience enseigne que les candidat-e-s aux parents engagés ont de meilleures chances d’obtenir une place d’apprentissage.

Ce que les parents peuvent offrir de plus précieux à leurs enfants pendant cette phase, c’est du temps: du temps pour discuter de leurs idées et de leurs envies. Du temps pour identifier leurs intérêts et leur parler de leurs propres expériences. Pendant ce processus de réflexion sur leurs forces et leurs faiblesses, leurs intérêts et leurs possibilités, les parents doivent jouer un rôle de soutien actif. Mais attention: c’est l’enfant qui doit faire preuve d’ambition, pas les parents! Pour choisir le métier qui lui convient, un jeune doit bien se connaître et être informé sur le monde du travail. Pour cela, il a besoin du soutien de ses parents: d’une part, ils ont une certaine idée des métiers susceptibles de convenir à leur enfant. D’autre part, ils lui permettent de mieux comprendre les processus, les règles et les contenus du monde du travail en leur parlant de leur propre activité et en leur montrant ce en quoi elle consiste.

Réorientation professionnelle pour jeunes et jeunes adultes

myfuturejob

Coaching gratuit pour une réorientation professionnelle:
myfuturejob.ch

Présence des parents pendant l’apprentissage

Qu’ils le veulent ou non, les parents influencent également la période d’apprentissage de leur enfant. C’est leur dernière grande tâche avant que leur progéniture devienne plus autonome. Pendant cette phase, avant que les jeunes ne coupent définitivement le cordon, la tension augmente encore une fois dans de nombreuses familles. Des attentes réciproques apparaissent, et la période d’apprentissage s’accompagne de nombreuses nouvelles impressions et expériences qui ne sont pas toutes positives. Souvent, les jeunes changent également de fréquentations car ils s’engagent dans leur entreprise et fréquentent une école professionnelle à l’extérieur.

La suite de l’apprentissage s’accompagne inévitablement de phases de démotivation et d’insatisfaction, et il n’est pas rare que les jeunes abandonnent leur apprentissage. Dans de telles situations, il est souhaitable que les parents encouragent leurs enfants et coopèrent avec les responsables de la formation dans l’entreprise formatrice. Il est important que le jeune reste responsable de ses choix et en connaisse les conséquences. Les crises l’aident à mûrir, et trouver lui-même des solutions lui permet d’accroître sa confiance en soi. Avant les examens de fin d’apprentissage, également, les jeunes ont souvent besoin des encouragements et du soutien de leurs parents, même s’ils trouvent cela embarrassant.

Soutien à l’entrée dans la vie professionnelle

Lorsqu’un jeune n’est pas embauché à l’issue de sa formation, ses parents se retrouvent confrontés à de nouveaux défis. Sans emploi, leur fille ou leur fils ne pourra pas se permettre de déménager, de financer ses vacances ou de passer son permis de conduire. La participation et l’intégration sont étroitement liées au travail. Il est important de trouver rapidement des solutions, car en l’absence de structures de travail bien organisées, ils désapprennent rapidement leurs compétences professionnelles, leur auto-persuasion et leurs capacités de travail. Il est important que les parents ne tombent pas dans le piège des «approvisionneurs», mais encouragent la détermination de leur enfant et le soutiennent si une nouvelle orientation professionnelle s’avère nécessaire. Ils doivent montrer l’exemple en matière de gestion constructive de l’absence d’emploi, des fréquents refus et des doutes de soi. En effet, les jeunes à qui les parents donnent le bon exemple reprennent beaucoup plus fréquemment le comportement de ces derniers que les jeunes à qui les parents donnent le mauvais exemple.

Si les parents et les jeunes réussissent à établir ou à maintenir de bonnes relations, l’entrée dans la vie active peut être une phase productive et passionnante pour toutes les parties concernées.

Recommandations pour les parents:

  • Même si votre enfant ne vous consulte plus dans d’autres domaines de la vie, vos conseils et votre soutien sont importants pour son entrée dans le monde du travail. Sachez à ce sujet que les jeunes souhaitent moins de sollicitude de la part de leur mère et plus d’intérêt de la part de leur père.
  • Prenez du temps: parlez avec votre enfant de ses idées et de ses envies et essayez d’identifier ses intérêts.
  • Pour les jeunes, le monde du travail est souvent encore très abstrait. Permettez à votre enfant de mieux comprendre les processus, les règles et les contenus du monde du travail en lui parlant de votre propre activité.
  • Si les choses ne marchent pas comme vous le souhaitez: encouragez votre adolescent et coopérez le cas échéant avec l’entreprise d’apprentissage et l’école professionnelle, tout en veillant néanmoins à ce que le jeune reste responsable de ses choix et en connaisse les conséquences.
  • Encouragez et soutenez votre enfant avant les moments de transition, pendant la période d’essai et avant les examens.
  • Si votre fille ou votre fils ne trouve pas d’emploi après son apprentissage, montrez-lui comment gérer de manière constructive l’absence d’emploi, les fréquents refus et les doutes de soi.
  • Encouragez la détermination de votre enfant et soutenez-le si une nouvelle orientation professionnelle s’avère nécessaire.
Dr. Markus Dieth

Dr. Markus Dieth

Psychologue spécialisé en développement de carrière et ressources humaines FSP, Markus Dieth a conseillé diverses entreprises et organisations. Conseiller d’orientation professionnelle et de carrière de longue date, il accompagne chez Pro Juventute les jeunes adultes sur la voie d’une nouvelle orientation professionnelle.
Vous trouverez l’offre gratuite destinée aux jeunes de 18 à 25 ans sur
myfuturejob.ch


Hat Ihnen der Artikel weitergeholfen?

0
0