Les conséquences du stress

Le stress et la pression liée à la performance détériorent nettement la satisfaction des jeunes par rapport à leur propre vie. Ils provoquent la perte de confiance, l’abattement, la lassitude et l’insomnie, ainsi que des maux de tête ou de dos. Tous les enfants suisses de onze ans sont concernés. Les troubles ont augmenté ces dernières années et les filles souffrent plus du stress que la moyenne.

La hausse de la pression liée à la performance est un facteur de risque important qui pèse sur le bien-être psychique. Alors que plus de 90 % des jeunes non stressés sont satisfaits de leur vie, moins d’un sur deux (48 %) le sont parmi les jeunes stressés. Ceci se traduit par exemple par une perte de confiance, une lassitude, un abattement, des insomnies ou des maux de tête. Les jeunes femmes souffrent particulièrement du stress.

Quand j’ai la pression pour réussir…

Près d’un tiers de tous les enfants de onze ans en Suisse

Bien entendu, il est normal dans cette phase de la vie que les jeunes éprouvent temporairement certains de ces symptômes. Mais s’ils deviennent chroniques ou se cumulent, le bien-être des jeunes s’en trouve considérablement affecté. Ils peuvent même provoquer une maladie psychique à l’âge adulte.

La situation en Suisse doit être prise au sérieux car:

  • 29 % des garçons de onze ans et
  • 36 % des filles de onze ans souffrent d’au moins deux symptômes psychoaffectifs chroniques.

Une augmentation au cours des dernières années

Les troubles liés au stress et à la pression ont nettement augmenté chez les enfants suisses ces dernières années.

Part des enfants de onze ans en Suisse qui souffrent quotidiennement ou plusieurs fois par semaine des symptômes suivants:

Consultations au numéro d’urgence 147

«J’ai l’impression d’avoir un mur de brouillard devant les yeux.» – «Je n’y arrive plus. J’ai beau apprendre beaucoup pour l’école, rien ne marche.» – «En ce moment, je n’en peux plus, et depuis quelque temps, j’ai commencé à me scarifier.»

Chaque jour, des jeunes à bout de force, épuisés, lessivés, appellent le numéro d’urgence 147 pour demander de l’aide. Autrefois, la plupart des consultations portaient sur les relations amoureuses et la sexualité. Mais ce sont aujourd’hui les consultations sur la santé psychique (crises, angoisse, épisodes dépressifs ou pensées suicidaires) qui constituent la majorité des appels au numéro d’urgence de Pro Juventute: